À chaque création, quel que soit son support, je cherche la matière en tout premier lieu, que ce soit en abstraction ou dans mon travail sur le corps.

« La matière est l’inconscient de la forme »

Gaston Bachelard

Sans pensée préconçue, mes mains cherchent, mélangent, malaxent les couleurs, les gestes, les outils. Tout passe par le corps qui absorbe ce qui se crée dans la spontanéité. Le support devient le lieu d’un combat, d’un choix de garder ou non ce qui advient, d’une tentative de créer un équilibre à la limite du déséquilibre dans une harmonie propre à chaque création.

La surprise marque l’ouverture.

Des formes surgissent des profondeurs de ce qui se joue dans l’instant sur la toile, le papier. Petit à petit elles émergent sous forme d’une abstraction, d’un corps, d’une évocation, d’une interrogation.

Accueillir ce jaillissement est une aventure singulière, pleine de doute, de lutte et de joie. C’est le coeur même de mon travail et ce qui me meut profondément.

Le vivant est un mystère, la création sa matière.